Il faudra effectivement attendre cette date si les élus confirment dans les semaines à venir plusieurs de ces projets :

  • un nouvel appel d'offre de la délégation de service public des transports en commun de l'agglomération de Chambéry, pour un contrat jusqu'en 2024 au lieu de renégocier le contrat actuel jusqu'à 2020 afin de pouvoir lancer un appel d'offre conjoint sur les deux agglomérations d’Aix-les-Bains et de Chambéry et avoir ainsi un seul réseau de bus avec un meilleur service pour les usagers et des coûts amoindri pour la collectivité du fait des économies d’échelle,
  • la privatisation du stationnement à Chambéry, bloquant ainsi jusqu'en 2038 l'aménagement de plusieurs espaces publics (place de l'Europe, quai Charles Roissard, quai de Verdun), alors que la mobilité s'apprête à vivre des révolutions comme le covoiturage de courte-distance et les navettes automatiques,
  • l'augmentation démesurée de l'offre de stationnement avec la construction du parking de 500 places sur le quai Ravet. L'ADTC estime qu'un parking de 200 suffit, en compensation des places qui seront perdues par la réalisation de la voies bus en site propre avenue des Ducs de Savoie. Elle estime qu'il faut financer en priorité les parkings relais de surface (notamment à la Cassine) et réaliser d'urgence des voies en site propre pour les bus, meilleure solution pour augmenter l'attractivité des transports en commun et du centre ville.

Télécharger ce communiqué au format PDF